Logo des Vignerons Catalans

Les terroirs

Le Roussillon se présente comme un amphithéâtre s’ouvrant sur la mer Méditerranée et cerné par les Corbières (au Nord-Ouest) et par les Pyrénées (au Sud et à l’Ouest). Au cœur de cet amphithéâtre, la plaine du Roussillon est irriguée par trois fleuves, du Nord vers le Sud, l’Agly, la Têt et le Tech, et est surplombée par le pic du Canigou au Sud-Ouest. 

Géologiquement parlant, le Roussillon est une zone tourmentée qui a subi de profonds bouleversements au tertiaire et au quaternaire lors de la surrection des Pyrénées ; les reliefs sud et nord du département des Pyrénées-Orientales sont le fruit d’évolutions très différentes.  

Carte des Terroirs

Les Vins Secs















Les Vins Doux Naturels

Au Nord-Ouest de la Têt : La vallée de l'Agly


En suivant le cours de la Vallée, se trouve en amont le terroir de Maury. Les parois des falaises dominant le village au nord et au sud sont formées de calcaires très purs (carrières toujours en exploitation) et le fond est recouvert de marnes schisteuses noires. Ces marnes formées au crétacé donnent des sols noirs peu épais qui contraignent la vigne à s’enraciner en profondeur. 

Sur ces coteaux accidentés de Schistes noirs, tout autour du village de Maury, se situe le vignoble l’AOP Maury Sec, dernière-née des AOP du Roussillon.

Plus à l’Est, le long des contreforts des Corbières, l’aire d’Appellation de l’AOP Côtes du Roussillon Villages Tautavel s’étend sur des coteaux également à dominante calcaire avec des zones de marnes schisteuses.

En revenant vers l’Agly, au sud de Maury, le vignoble de l’AOP Côtes du Roussillon Villages Lesquerde se situe sur un plateau à 300m d’altitude qui se compose d’arènes granitiques. Sa situation et la composition de ses sols en font un terroir unique. 

Sur la zone de l’AOP Côtes du Roussillon Villages Caramany, en descendant vers le Sud-Est, le vignoble est planté sur des gneiss précambriens et des sols de granit. Le terroir qui en dérive, à la couleur rouge typique, est extrêmement favorable à la production de vins de qualité. 

Plus en aval, l’AOP Côtes du Roussillon Villages Latour-de-France se niche sur des coteaux caractérisés par des sols de schistes gris/bruns et de micaschistes.

Au Nord Est de la Têt : le Nord de la plaine du Roussillon 

Au pied des derniers coteaux de la vallée de l’Agly se trouve la plaine de Rivesaltes, vaste bassin d'origine alluvionnaire. 

Les sols se composent principalement d’argiles, de limon et de sable combinés à une couche caillouteuse (galets roulés notamment). 

Les basses et moyennes terrasses très caillouteuses apportent de la complexité à ce terroir. 

Les couches supérieures d’argiles ayant été lessivées, l’enracinement se développe plus en profondeur sur ces secteurs.

La vallée de la Têt

Dans l’arrière-pays, le fond de la vallée composé de dépôts sédimentaires (limon, argiles) est surplombé par des coteaux de gneiss et d’arènes granitiques. 

L’altitude du vignoble confère aux vins une belle fraicheur.

Au Sud de la Têt : les collines des Aspres 

Cette zone géologique tourmentée présente des sols très hétérogènes. 

Leur composition résulte de l’érosion des massifs environnant (Albères et Canigou) mais également de galets et de graviers charriés, tout ceci sur une couche sédimentaire d’argiles jaunes et rouges plus ou moins érodée selon le relief. 

Sur ce terroir hétéroclite, la sélection de parcelles qualitatives donne naissance à l’AOP Côtes du Roussillon les Aspres.

A l’extrême Sud : la Côte Vermeille 

Les paysages à couper le souffle de la côte Vermeille sont le parfait témoin du défi quotidien des vignerons. Les pentes escarpées et le relief tourmenté plongent brusquement dans la mer. 

Le fort vent et le soleil abondant, associés aux sols de schistes gris et bruns très érodés attribuent à ce terroir sa spécificité unique. 

Le vignoble est exclusivement travaillé manuellement grâce à un savoir-faire ancestral. Les ceps de vignes, plantés sur la roche mère, développent un enracinement très profond pour aller puiser les ressources nécessaires.

 Pour lutter contre l’érosion, les vignerons établissent leurs parcelles en terrasses, soutenues par des murets de pierres sèches, entrecoupées de fossés canalisant le ruissellement appelés « peus de gall » ou « pied de coq ». Ces aménagements dessinent une architecture singulière, quasi artistique.